L’organisation de l’espace de travail

un levier pour attirer les millénials

Souvent pointés du doigt pour leur rapport au travail, les millénials n’en constituent pas moins l’avenir du monde professionnel. Moins fidèles que leurs aînés, ces travailleurs – qui ont aujourd’hui entre 20 et 30 ans – font du bien-être au travail une priorité. Pour les attirer et les fidéliser, les entreprises n’ont d’autres choix que de répondre à leurs attentes, notamment en proposant un environnement de travail de meilleure qualité et en repensant l’organisation de l’espace.

Répondre aux attentes des millénials : une obligation pour les entreprises

Si une génération nourrit tous les fantasmes, c’est bien celle des millénials, ces jeunes nés approximativement entre 1980 et 2000. À en croire leurs aînés, certains seraient moins impliqués dans leur travail, plus mobiles et davantage en quête de sens. Au-delà de toutes ces spéculations, une réalité s’impose : à l’échelle mondiale, 1 actif sur 2 sera un millénial en 2020 [1]. Cette génération représentera même 75% de la population active d’ici 2025 [2]. Pour les entreprises, il devient donc urgent de comprendre cette catégorie de travailleurs et de faire abstraction de tous les préjugés qui les entourent.

[1] Live, work, play. Millennials : myths and realities, CBRE Research
[2] INSEE – Comment Les millennials dessinent l’entreprise de demain

Et la tâche s’annonce compliquée tant les millénials semblent avoir des envies différentes de leurs prédécesseurs. Un élément concentre d’ailleurs toutes les craintes : ces nouveaux travailleurs ne se reconnaissent plus dans l’emploi à vie hérité des années 1980. Plus libres et indépendants – certains iront même jusqu’à dire « infidèles » -, les millénials instaurent une nouvelle relation vis-à-vis du travail. Il n’est plus question de rester dans la même entreprise toute sa vie. Optimistes en l’avenir, ils n’ont pas peur de sauter le pas et d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Dans ces conditions, comment leur apporter ce qu’ils recherchent ?

Des actifs impliqués dans leur travail… mais aussi plus volages

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les 20-30 ans ne sont pas en totale opposition avec leurs aînés sur la question du travail. Pour preuve, 93% des millénials considèrent que la rémunération est le premier critère d’attractivité d’un poste [3]. Loin d’être paresseux, ils ont également le plus haut taux d’emploi dans la plupart des pays occidentaux, à l’image du Canada où 86% des personnes âgées entre 25 et 34 ans sont sur le marché du travail [4]. Leur envie de travailler est donc réelle, comme l’attestent leur sentiment d’être sous-employé (avoir un travail qui ne correspond pas à leurs qualifications) et leur inclinaison à ne pas utiliser tous leurs jours de repos.

Malgré cela, les millénials se distinguent par davantage de flexibilité. Près de 70% d’entre eux ont compris que la nouvelle normalité du travail est faite d’instabilité et de changements permanents. Et bien qu’ils soient confiants en l’avenir de leur entreprise – ils sont même 6 sur 10 à être satisfaits de leur emploi -, la moitié des 20-30 ans est pourtant prête à changer de travail si une opportunité se présente. Au-delà de la rémunération, les entreprises doivent apprendre à répondre à leurs attentes afin de pouvoir les retenir : ils souhaitent s’épanouir (56%), développer leurs connaissances (56%) et avoir une vie sociale (36%) [5].

[3] Cegos – Les millennials et le travail : l’entreprise au défi 2017
[4] StatCan – Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d’âge détaillé
[5] Cegos – Les millennials et le travail : l’entreprise au défi 2017

Et si la qualité de vie au travail primait désormais sur le salaire ?

Pour autant, répondre à ces attentes ne suffit pas pour attirer et conserver cette catégorie de travailleurs. Un autre élément concentre en effet toutes les attentions : près de 8 millénials sur 10 estiment que la qualité de vie au travail (QVT) est importante. Ils sont d’ailleurs presque autant à être prêts à faire des compromis et des sacrifices pour profiter d’un meilleur environnement professionnel. Cette situation ne devrait pas disparaître de sitôt car leurs successeurs, la génération Z, estiment à 61% que la QVT est plus importante que le salaire [6].

[6] Adecco – Qualité de vie au travail

Les conditions et l’organisation de l’espace de travail sont ainsi deux leviers sur lesquels les entreprises peuvent s’appuyer pour répondre aux nouvelles attentes des millénials. Leur rapport différent à l’environnement professionnel les amène à rechercher un espace de travail plus flexible et collaboratif. Au-delà de l’open space, où la qualité de vie devient un enjeu majeur, cette génération est adepte des nouvelles formes de travail, comme le flex office (absence de bureau attitré), le télétravail (travail depuis chez soi), les espaces collaboratifs ou de coworking. Preuve de l’intérêt de ces nouvelles solutions, 55% des moins de 30 ans aimeraient avoir accès au télétravail, contre seulement 34 à 41% de leurs aînés [7].

[7] Malakoff Médéric – Regards croisés des salariés et des entreprises du privé sur le télétravail

La qualité des espaces de travail, une priorité pour le millénial

Si la nature de l’environnement professionnel est importante, la qualité des espaces de travail l’est tout autant. Plus exigeants que la génération précédente, les millénials font du bien-être au travail une priorité. Pour preuve, un tiers d’entre eux serait prêt à partir pour une entreprise moins prestigieuse en contrepartie d’une amélioration de leur environnement de travail. Ils veulent d’ailleurs principalement avoir leur propre bureau fermé (45%) ou un bureau partagé (21%) [8] – contre 23% en open space (avec poste fixe ou mobile), mais également des services attractifs (espace de restauration, salle de détente, service de bien-être, etc.).

Pour répondre à ces nouvelles attentes, deux éléments sont tout particulièrement à prendre en compte : l’organisation de l’espace de travail et les différentes natures de confort (acoustique, luminosité, etc.).

 

Organiser l’agencement au travail

Les employeurs ont souvent tendance à l’oublier mais la qualité des bâtiments a un impact sur la santé et le bien-être des travailleurs. Plus sensibles sur leurs conditions de travail que les autres actifs, les millénials ont donc besoin d’une organisation de l’espace qui corresponde à leurs valeurs. Cela passe notamment par la création d’espaces plus collaboratifs et le compartimentage des zones (lieu de détente, bureau, etc.). Une nécessité à l’heure où 83% des 20-30 ans estiment que le design et l’aménagement des bureaux sont essentiels à la productivité [9].

 

Faire taire le bruit au travail

Alors que 6 actifs sur 10 se disent gênés par le bruit au travail [10], cette nuisance peut constituer un frein rédhibitoire pour les 20-30 ans, eux qui sont plus exigeants que la moyenne sur leur cadre de travail. Dans ces conditions, l’entreprise pourra agir sur certains points afin d’offrir une qualité de vie au travail plus appréciable : réorganisation de l’espace, traitement acoustique des bruits intérieurs, isolation des bruits extérieurs, etc.

[8] Live, work, play. Millennials : myths and realities, CBRE Research
[9] Live, work, play. Millennials : myths and realities, CBRE Research
[10] Sondage IFOP pour la Journée Nationale de l’Audition

Respirer un air de qualité

La pollution de l’air au travail est une source d’inquiétude, tant pour les 20-30 ans que pour les autres travailleurs. Altérant la concentration et pouvant être source de problèmes respiratoires, elle doit être combattue afin d’assurer la qualité de vie au travail des millénials. Installation ou optimisation du système de ventilation, choix de matériels non polluants, régulation du taux d’humidité… autant de solutions envisageables pour assurer le confort de ses équipes.

Mettre la lumière sous le feu des projecteurs

Souvent mésestimée, la luminosité a pourtant une importance majeure sur la santé, l’humeur et le bien-être des travailleurs. Trouver le bon équilibre entre lumière naturelle et lumière artificielle est donc primordial pour fidéliser ses équipes, y compris les millénials. La réorganisation de l’espace de travail et l’ajout de sources lumineuses individuelles sont d’ailleurs deux solutions envisageables pour y parvenir.

Avec Kandu, l’organisation de l’espace s’adapte aux attentes des millénials

Nous en sommes convaincu : la qualité de vie au travail est un facteur de différenciation pour les entreprises. Gage de bien-être, de liberté et de satisfaction, elle constitue un argument pour attirer et fidéliser les millénials. C’est pour cette raison que Kandu accompagne les professionnels dans leurs projets d’amélioration des espaces intérieurs, et ce, du diagnostic jusqu’à la mise en œuvre des solutions préconisées.

Découvrez nos solutions pour les bureaux et les espaces de séminaire

Bureaux & coworking

Stimulez l’efficacité et la productivité des équipes