Écoles et hôpitaux

comment améliorer le confort ?

Établissements publics : le confort au service des publics fragiles

 

Dans le cadre du plan de relance initié par le gouvernement, les établissements publics seront nombreux à s’engager dans un projet de rénovation importante. Établissement de santé, crèche ou encore école : pour ces bâtiments, c’est également l’occasion d’améliorer durablement le confort des locaux. L’enjeu ? Préserver la santé des publics fragiles, tout en œuvrant au bien-être du personnel.

 

L’amélioration du confort des bâtiments publics, une facette du plan de relance

En cette rentrée 2020, les établissements publics – qu’il s’agisse d’hôpitaux, d’EHPAD ou encore d’écoles et de crèches – sont confrontés à un double enjeu :

  • réduire leur empreinte environnementale, dans la mesure où les bâtiments publics sont responsables de 25 % des émissions de gaz à effet de serre en France [1] ;
  • améliorer le confort et la sécurité de leurs occupants, notamment car ces deux facteurs peuvent jouer sur leur bien-être.

Dans le cadre du plan de relance, déployé depuis début septembre, le gouvernement semble apporter une réponse à ces deux défis de taille, tout en encourageant la reprise économique. En effet, 4 milliards d’euros vont être investis par l’État pour assurer la rénovation des bâtiments publics [2]. Bien que les travaux soient avant tout d’ordre énergétique, l’amélioration du confort au sein des établissements publics est également en jeu, notamment dans l’optique de mieux protéger des publics plus fragiles (personnes âgées, personnes hospitalisées, enfants, etc.). Pour preuve, le gouvernement a illustré son propos de plusieurs exemples à travers un communiqué de presse : modernisation du système d’éclairage, régulation du système de chauffage, isolation des toitures ou encore développement de la ventilation naturelle [2].

Les bâtiments publics, non sans impact sur leurs occupants

La problématique du confort au sein des écoles, des crèches, des établissements de santé ou encore des maisons de retraite n’a rien d’anodin. Il faut dire que l’impact des bâtiments sur la santé est loin d’être négligeable. Alors qu’ils accueillent des personnes fragiles (malade, personne âgée, etc.) ou particulièrement exposées (à l’image du personnel), ces bâtiments sont souvent anciens, voire même parfois vétustes. Dans ces conditions, le confort ainsi que la santé des occupants sont susceptibles d’être mis à mal. En intervenant sur la qualité de l’air, la luminosité, l’acoustique, la température ou encore l’aménagement des locaux, il est pourtant possible d’obtenir des bénéfices tangibles :

  • au sein des établissements de santé, une amélioration du confort peut entrainer une baisse de la médicamentation ou même renforcer la confidentialité médicale ;
  • au sein des maisons de retraite, la rénovation intérieure des bâtiments peut participer à l’amélioration de la qualité de services et limiter la propagation de maladies ;
  • au sein des écoles et des crèches, le renforcement du confort intérieur peut favoriser l’apprentissage des enfants et le bien-être du personnel.

 

La mesure de votre environnement pour une action ciblée

Avant d’entreprendre la rénovation d’un établissement public, dans le cadre du plan de relance ou non, l’analyse de ses performances énergétiques est systématiquement réalisée. Dans l’optique d’améliorer le confort des locaux, le même travail doit être réalisé sur ses principales qualités « physiques » : la qualité de l’air, l’acoustique, la température et la luminosité.

Pour mener à bien ce travail préliminaire, indispensable pour optimiser le confort des établissements accueillant du public fragile ou exposé, vous pouvez compter sur l’expertise de Kandu. Nous sommes en mesure de réaliser un diagnostic complet de votre environnement en usage, et ce, sur une période d’une à deux semaines. L’objectif ? Avoir une vision complète de la qualité de vos locaux afin de vous recommander des solutions adaptées. Pour cela, nos équipes s’appuient à la fois sur des données qualitatives et quantitatives.

  • Les mesures physiques : à l’aide du Kandumètre, un outil de mesure innovant conçu par Saint-Gobain, nous étudions toutes les facettes de votre environnement en condition d’usage, et ce, sans perturber votre activité. L’occasion d’évaluer notamment le niveau sonore, l’éclairement, la température, l’humidité relative ou encore la concentration de CO2, celle-ci pouvant avoir un impact considérable sur la santé, tout particulièrement chez les publics fragiles.
  • Le ressenti des occupants : le personnel et éventuellement les occupants de votre établissement public sont invités à remplir un questionnaire anonyme afin de nous faire part de leur ressenti. Locaux qui résonnent, odeurs désagréables, pièces sombres, courants d’air… autant d’impressions qui peuvent nous permettre de mieux comprendre les qualités physiques de votre environnement.
  • Les ressources documentaires : Kandu s’appuie également sur le corpus scientifique (études, publications, etc.) et sur les réglementations en vigueur (Code du travail, Code de l’environnement, etc.) afin de contextualiser son analyse. Les retours d’expérience, provenant d’autres projets similaires, sont aussi exploités afin de garantir un diagnostic complet.

 

À chaque problématique de confort une réponse adaptée

À l’issue du diagnostic, vous avez la possibilité d’agir sur différents leviers en cas d’anomalie détectée. L’enjeu est double : améliorer durablement le confort et la santé du public et du personnel des établissements publics, tout en priorisant les actions à mener.

 

La qualité de l’air

La qualité de l’air au sein des établissements publics, tout particulièrement pour ceux accueillant des personnes fragiles, constitue l’un des principaux enjeux de confort et de santé. À titre d’exemple, la concentration en CO2 au sein des salles de classe atteint fréquemment le seuil des 3 000 ppm [3]. Or, à partir d’une concentration de 1 000 ppm, la capacité à prendre des décisions diminue de 11 à 23 %, tandis que les symptômes liés à l’asthme se font ressentir chez l’adulte [4].

Pourtant, si ce diagnostic est posé au sein de vos locaux, il existe plusieurs solutions pour y remédier, qu’elles soient mises en place dans le cadre d’une rénovation complète ou d’une simple amélioration du confort intérieur. À ce titre, vous pouvez notamment :

  • renforcer l’aération naturelle, notamment en ouvrant plus régulièrement les fenêtres et en installant des brasseurs d’air ;
  • améliorer la ventilation afin d’optimiser le renouvellement de l’air ;
  • remplacer les équipements et matériaux émettant des polluants, comme les moquettes ou certaines peintures par exemple.

 

Les nuisances sonores

Devenu bien souvent habituel, le bruit est pourtant un danger récurrent au sein des établissements accueillant du public et du passage. Pour preuve, plus de 70 % des élèves déclarent être gênés par les nuisances sonores à l’école [5], tandis que le bruit va aussi avoir un impact sur la qualité de sommeil du personnel et sur la capacité du corps médical à respecter le secret professionnel (médecins, infirmiers, etc.). Pour y remédier, il est par exemple possible de :

  • réaliser un traitement acoustique des bruits intérieurs, via l’installation d’un plafond absorbant ou de mobilier acoustique par exemple ;
  • remplacer les matériaux utilisés dans les locaux à fort passage afin de réduire la réverbération du son ;
  • réorganiser les espaces afin d’isoler les locaux les plus bruyants (réfectoire, cour de récréation, etc.).

1/3

des enseignants déplore des problèmes d’audition

Le saviez-vous ? 1 enseignant sur 3 déplore des problèmes d’audition.

Les élèves ne semblent pas être les seuls à être gênés par les nuisances sonores. Pour preuve, 32 % des enseignants du secondaire déclarent avoir des problèmes d’audition, tandis qu’ils sont près de 8 sur 10 à considérer le bruit comme étant la situation la plus stressante du quotidien [6].

Les qualités thermiques

La qualité thermique des établissements publics est, elle aussi, vitale, d’autant plus que le gouvernement entend – à travers le plan de relance – améliorer le confort d’été et limiter l’exposition à la chaleur au sein de ces bâtiments [2]. Dans cette situation, vous devez savoir que la température idéale varie entre 20 et 24 °C selon le degré d’intensité de l’activité. En dehors de cette plage, l’efficacité du personnel, tout comme le confort des occupants, sont susceptibles de chuter. Pour y parvenir, vous disposez de différents leviers :

  • renforcer l’isolation thermique des locaux, notamment en réduisant les ponts thermiques, en isolant les surfaces (sol, plafond, mur, etc.) ou encore en remplaçant les ouvertures ;
  • mieux réguler l’humidité et le renouvellement de l’air, ayant un impact sur la perception thermique, en optimisant le système de ventilation par exemple ;
  • opter pour du mobilier et des équipements qui participent à une impression de température agréable, comme des poufs ou des tapis.

 

Le niveau de luminosité

La luminosité, qu’elle soit trop forte ou pas assez, peut également jouer sur le confort des occupants. C’est d’autant plus vrai pour les personnes fragiles – malades ou âgées par exemple – pour qui l’impact physiologique de la lumière est bien souvent exacerbé. Un défaut de luminosité pourra d’ailleurs avoir des conséquences indirectes sur le système immunitaire ou même sur la vision, déjà fragilisés chez certains publics. Dans le cadre de la rénovation d’un établissement public, vous pouvez néanmoins agir de différentes manières :

  • trouver le bon équilibre entre lumière naturelle et lumière artificielle ;
  • revoir l’organisation des locaux pour favoriser la luminosité naturelle, au sein des chambres des hôpitaux par exemple ;
  • adopter un niveau de luminosité adapté à chaque espace et à chaque activité ;
  • expérimenter les fausses sources lumineuses, telle que la luminothérapie et la photobiomodulation par exemple.
À vos côtés pour la rénovation des établissements publics

Fort de l’expertise de Saint-Gobain, Kandu est en mesure de vous aider à améliorer le confort physique de vos bâtiments. Crèches, écoles, hôpitaux ou encore maisons de retraite : autant d’établissements publics – accueillant notamment des publics fragiles – auxquels nous proposons un accompagnement complet, de l’élaboration du diagnostic à la mise en place des actions préconisées.

Découvrez nos solutions pour les établissements recevant du public fragile

Établissements de santé

Offrez un environnement propice au bien-être du personnel soignant et à la convalescence des patients

Lieux d’enseignements & crèches

Favorisez le confort et la qualité de l’apprentissage